Sakitude

Jeudi

  • 16 h : mon site ne réponds plus. Bizarre, le serveur aurait-il encore planté ?
  • 18 h : je rentre chez moi et je reboot mon serveur. Pas mieux. Après analyse, je n’ai plus du tout Internet à la maison. ALERTE ROUGE ! Appel de la hotline Free. Conclusion : bloc d’alimentation défectueux. Un technicien passe dans une semaine. Une semaine putain ! Mais je vais jamais tenir !
  • 20 h : je m’emmerde ferme sans Internet quand même. Je n’ai pas Canal+ car pas de Freebox, je vais louper XIII. Tanpis, le lecteur DVD va tourner à plein régime.

Vendredi

  • 19 h : toujours pas d’Internet, j’attaque la saison 2 de Californication.
  • 21 h : je me cale devant la télé. Ca commence à me déprimer, je fini par dépit devant D&CO. La situation est grave.

Samedi

  • 14 h : je ne tiens plus, j’appelle Kwyxz qui me refile l’adresse d’un électricien à 2 pas de chez moi qui a de forte chances de revendre un bloc d’alim type Freebox.
  • 14 h 30 : 11,95 euros plus tard, je rentre chez moi plein d’espoir. Rien à faire la Freebox me boude.
  • 15 h 30 : j’ai beau tout essayer, ça ne veux vraiment pas fonctionner, excepté la téléphonie Free. Je harcèle la hotline en quête de solution. Mon cas est désespéré. Pas le choix, il va falloir attendre jeudi. Heureusement je ne paie pas les appels vers la hotline.
  • 16 h : ne tenant plus je me pointe chez Kwyxz, je me prends ma dose d’Internet. Ca va mieux.
  • 18 h : je prends ma branlée à Soulcalibur 3. Raphael est cheated.
  • 20 h : on sort se faire la combo magique Pasta Papa + Truskel.

Samedi

  • 01 h : Après quelques litres de cidres, on rentre chez Kwyxz. Nouvelle dose d’Internet et nouvelle rouste à Soulcalibur 3. Je suis détendu, je vais faire un bon gros dodo.
  • 03 h : j’arrive devant ma porte, clef dans la serrure, je commence à tourner et là, impossible de faire un tour entier. Je force, tambourine, m’acharne. Rien à faire, ma serrure semble aussi têtue que ma Freebox. A croire que quelqu’un m’en veux. Assis dans le couloir, à la porte de mon propre appartement je hurle. Evanouie ma sérénité. J’appelle Kwyxz qui n’est pas encore endormi. Il accepte de m’offrir l’hospitalité. Des amis comme ça, c’est précieux.

Dimanche

  • 12 h : J’ai mal dormi. Si j’étais pas si fatigué je me serais fait une joie de couper les jambes de cet enfoiré de gosse qui court au dessus de ma tête en hurlant.
  • 13 h : je vais retenter ma chance avec ma porte. Rien à faire, après 45 min à tenter de faire jouer ce mécanisme pervers, je n’ai gagné qu’une bonne douleur à la main.
  • 13 h 30 : je suis en terrasse, je prends un café. Faire le vide. Relativiser. RAAAAAAHHH !
  • 14 h : « Allo, Boss, va falloir annuler mon déplacement à PTE, je peux pas prendre le train je suis à la porte de chez moi. Je fais venir un serrurier demain matin. »
  • 15 h : changement des billets de trains.
  • 15 h 30 : les nerfs lachent. Application de la méthode de relaxation dite du hurlement primaire.
  • 16 h : Virgin des Champs-Elysée, achats compulsifs, 64 euros. Efficace mais onéreux.
  • 17 h : « Allo Kwyxz, je peux encore squatter ? ». Merci encore Monsieur.
  • 20 h : Pizza + Little Miss Sunshine, excellent remède. Je ne pensais pas avoir le cœur à un fou rire. Ce film est efficace. Presque autant que Totoro.

Lundi

  • 9h : je récupère mon double de clef chez la gardienne.
  • 10 h : je dois me faire une raison, ça vient bien de la serrure. J’appelle un serrurier.
  • 11 h : je peux enfin rentrer chez moi, mais je dois changer ma serrure.
  • 12 h : je viens de me faire amputer de 350 euros. C’était prévisible, mais ça fait toujours aussi mal.

Mardi

  • 08 h : je suis dans le train pour PTE. Faire le vide, s’éloigner de tout ça, se réfugier dans le travail.

Mercredi

  • 21 h : je rentre de PTE. Ma porte s’ouvre, c’est pas anodin quand on y repense.
  • 21 h 30 : je branche ma Freebox, on sait jamais, avec de la chance.
  • 21 h 32 : ho putain ! ho putain ! CA MARCHE !
  • 22 h : NPPT – bruler de l’encens sur l’autel du Dieu Nain Ternet.

Conclusion

La Sakitude c’est un art de vivre.

Il faut juste rentrer la tête et attendre que ça passe. Ha oui, et aussi ne pas regarder le trou dans le compte en banque.

Saki je sais pas comment tu fais. Respect.

Hi, have you met Coute ?

Si vous n’avez pas encore eu le bonheur de voir un épisode de How I met your mother, vous êtes en train de passer à coté de quelquechose de grandiose. Non seulement cette série vous assure quelques heures de détente et de bonne humeur, mais en plus elle va vous aider à faire votre introspection. Qu’ai je fait de ma vie ? Voilà ce qui me vient à l’esprit après avoir matté la première saison en un week-end.
C’est l’histoire d’un père qui raconte sa jeunesse à ses enfants.
Ted, le héros de la série, est donc (à l’époque) un jeune architecte de 28 ans qui cherche l’âme soeur. Son défaut : trop réfléchir. Tiens, tiens, ça me rappelle quelqu’un. C’est une des raison pour laquelle il lutte autant à trouver sa moitié. Ce personnage est surprenant car on s’identifie très vite à lui. Il est attachant, gaffeur, mignon. Chacun trouvera en lui une partie de soi.
Mais Ted n’est pas seul. Il est entouré d’amis qui vont l’aider dans ses recherches.
Barney tout d’abord, incorrigible dragueur qui incarne à lui tout seul ce qu’il y a plus de vil et de déluré en chaque homme (qui a dit de meilleur ?).
Lilly et Marshall, le couple presque idéal, juste fiancés qui partage l’appartement avec Ted.
Et enfin Robin, présentatrice sur une chaîne cablée minable. Elle rencontre Ted et tout est là pour qu’ils soient fait l’un pour l’autre. Mais … je n’en dit pas plus.
Tout ce beau monde, ce réuni très souvent au MacLaren’s Pub où il leur arrive les plus étranges aventures.
Certains trouveront un air de ressemblance avec Friends. Peut-être, mais puissance dix-mille.
Bref, si vous n’avez pas encore acheté les DVD, courez les acheter.

Heu j’ai oublié quelque chose

J’ai oublié de viiiiivvreeuuhh. Non sans blague.
J’ai surtout oublié de posté comme promis. Han le boulet, il a pas posté.
Et ouhai, et je fais ce que je veux d’abord. C’est mon petit blog, fait avec mes petits neurones. Ici c’est moi DA BIG BOSS.
Après ce passage lamentable, dont vous avez apprécié la nulité, parlons un peu de moi, pour changer. Ma vie n’est pas extraordinaire ces derniers temps : métro, boulot, WoW, dodo. Rien de bien exaltant.
Mais il n’y a pas si longtemps j’ai eu le plaisir de voir mon squatteur d’apparte partir vivre sa vie. Le laissé seul prendre son envol, c’est touchant. Tel l’oiseau qui quitte son nid, le gros Nicky s’en est allé vers SON apparte. Et qui dit apparte dit … pendaison de crémaillère bien sur. De toute ma putain de vie, je n’ai jamais vu un tel désastre. Nous aurions pu entrer dans le guiness book pour avoir battu le record du conchiage d’apparte le plus rapide de tout les temps. En à peine 30 secondes c’était fini, prêt de 400 litres de billes de polystirène déversés dans 10 m². Je vous laisse imaginer le résultat.
Que dire d’autre, mmmhhhh
Que Zelda c’est de la balle
Que depuis cet été et mon striptease des 27 ans dans un bar de Saint-Jean-de-Monts, je n’ai pas eu l’occasion de voir une fille s’intéresser à mon matricule
Que Prison Break si tu le regardes pas, c’est mal
Que mes parents ont fermé le cabinet, encore une partie de mon enfance qui s’efface après la vente de la maison
Que je vais être une deuxième fois tonton, je vais être encore plus gateau
Que ma soeur va mieux, comprendra qui voudra
Que mon chat apprend à voler tout les jours, et il aime ça le bougre
Que j’ai plus d’idée et ça se voit depuis 3 lignes (peut-être plus)
Promis je poste de nouveau avant 6 mois. Même pas mort …