London Day 1

Je suis à Londres pour 3 jours pour le boulot. Une belle aventure encore que voilà.
Tout commence hier, quand je me présente à la gare Saint-Lazare afin de retirer mes billets prépayés sur Internet. Deux guichets sont ouverts, il y a donc une file d’attente digne d’un concert de Shakira à Bercy (spéciale kasdédi à Nicksan). Comme je suis un petit futé, je m’oriente vers une borne automatique. Là, j’insère la carte bleue de ma boîte dans l’engin afin d’avoir mes billets pour le lendemain. Mais voilà, comme je suis un grand chanceux, la borne me refuse le bon code à trois reprises. Je rentre alors penaud raconter ma mésaventure à mon patron qui, comme vous pouvez vous en douter n’est pas très heureux de l’opération.
Pas peu fier, j’y retourne une heure plus tard pour retenter ma chance avec la carte débloquée. Ce coup-ci je ne prends pas de risque et me présente directement au guichet. Ho miracle ! J’arrive à avoir mes billets du premier coup.
London me voilà !
Le lendemain, je file mal réveillé à la gare du Nord prendre mon Eurostar. Je me présente à l’embarquement assez confiant, j’ai normalement épuisé mon quota de malchance. Tout se passe au mieux et j’effectue un agréable voyage en compagnie d’une jeune demoiselle forte charmante en face de moi. Un peu trop jeune d’ailleurs puisqu’après une courte conversation j’apprends qu’elle n’a que 17 ans.
Deux heures plus tard, un peu mieux réveillé, je m’engage dans le métro. Et il valait mieux en effet être en pleine possession de ses moyens, car le métro je sens tout de suite que ça ne va pas être facile. Je commence par essayer de comprendre la tarification, pour me rabattre sans conviction sur un ticket single day adult hors de prix espérant qu’il me fera la journée. Après quelques kilomètres de couloirs au milieu de supporters de Chelsea, je fini par m’orienter et trouver mon chemin pour Bayswater. Non sans mal et moultes changements de métros, j’arrive à bon port pour m’apercevoir au passage que mon ticket à 4 pounds n’est valable que pour un trajet. Je trouve l’hôtel facilement et m’empresse de tester le wifi. Impeccable, aucune limitation d’accès.
Je mets donc un point final à ce post, pour aller de ce pas voir à quoi ressemblent Nothing Hill et Kesington Gardens.

Vacances au pays de Björk

C’est officiel, je pars une semaine en vacances en Islande. Pourquoi l’Islande ? Pourquoi pas. En fait je pars avec ma mère et elle ne voulait pas partir loin. Quant à moi, je désirais un peu de dépaysement et un voyage randonnée/excursion. L’Islande me semblait parfaite. Je vais sortir mon gros cul de mon fauteuil de bureau et gambader dans les grands espaces. Ca va me faire du bien.
Beaucoup d’air frais, ça me changera de l’étouffante atmoshpère de Paris. Je vais me ressourcer. J’aurai le temps de réfléchir, de profiter de la vie, de penser un peu à moi. Une semaine pour revivre et laisser derrière moi les folies de ma vie actuelle.
Et si je ne revenais pas …