Le gueule de bois

Après 3 jours de campagne entre les deux tours, je suis aussi inquiet que pendant les élections américaines. Le scénario Trump que (presque) tout le monde avait écarté, car jugé improbable, est pourtant arrivé. Alors pourquoi cela ne pourrait-il pas se produire en France ?

Le mode de scrutin et ses 2 tours

Le paysage politique n’est pas le même et les spécificités françaises peuvent amener leurs lots de surprises. Par exemple, le report de voix d’entre deux tours est un facteur qui n’existe quasiment pas aux USA mais qui en France aura une importance décisive. C’est un des enjeu majeur de ce second tour. En plus des ralliements prononcés ces derniers jours, il va falloir pour Macron mobiliser les abstentionnistes et convaincre ceux qui préfèrent voter blanc. Sa stratégie mise en place pour l’instant ne semble persuader ni les uns, ni les autres. En revanche, Marine, elle, a tout compris. Elle drague les électeurs de Mélenchon en mettant en avant les ponts entre les deux programmes, sans pour autant délaisser son noyau d’électeurs en continuant sa rengaine sur l’immigration.

Parce que Marine n’est pas Jean-Marie

Elle a tout fait pour changer l’image du parti. Dernier fait d’arme, ôter toutes références au FN sur ses affiches. Elle en est même arrivé à dire qu’elle n’est pas la candidate du FN.
Pour ceux qui ont un temps soit peu de perspicacité, cette manœuvre n’a aucune chance. Malheureusement, beaucoup de jeunes s’y sont laissé tromper, et n’ont plus le regard que notre génération portait sur l’extrême-droite.

Et Macron peut se planter entre les deux tours

Il ne faut pas qu’il pêche par excès de confiance. La bataille est loin d’être gagnée et son équipe de campagne va devoir faire les bons choix. Et pour l’instant, je ne suis pas certains que ces choix aient été les bons. Le déplacement à l’usine Whirlpool est une première erreur et le repas à la Rotonde n’arrange rien non plus. Ces deux faits de début de campagne vont lui compliquer la tâche pour se défaire de son image de candidat du système. Les soutiens d’anciens du gouvernement, même si dans le principe on ne peut pas le leur reprocher, n’est pas un cadeau.
Reste le débat d’entre deux tours. La grande inconnue, l’exercice décisif à ne pas louper. Et sur cet exercice, je crains que Macron paye son manque d’expérience d’élu. On peut considérer qu’il ne s’en était pas trop mal sorti lors des premiers débats, même si je lui reprocherai de se perdre trop souvent dans ses phrases à rallonge. Face à Marine Le Pen, ces errances discursives seront immédiatement sanctionnées. Je suis certains que la candidate l’attend de pied ferme sur ce point. Il va falloir être concis, précis et convaincant. Il faudra aussi du répondant, car Marine Le Pen va essayer de le manger tout cru. Et quand bien même il s’en sortirai sans trop de casse, ça ne sera pas assez. Pour être sûr de l’emporter, il va falloir être irréprochable. Sinon, nombreux seront ceux à ne pas vouloir glisser le bulletin pour un candidat qu’ils n’ont pas choisi.

Pour conclure, rien n’assure que Macron devienne président. Et je sens monter dans ma gorge une boule qui je l’espère ne finira pas en larmes à l’issu du scrutin. Je cherche à me convaincre que même si Marine Le Pen atteint le pouvoir, le sursaut républicain viendra des législatives. Mais pourquoi faudra-t-il toujours que l’on se bouffe le mur pour apprendre à freiner.

Sandwich au caca ou poire à lavement

Cette vieille référence à South Park sonne toujours aussi bien pour les élections à venir. Malgré que les primaires aient réussi à mettre hors course des têtes que l’on ne voulait plus revoir (Sarkozy, Juppé, Valls, …), le choix restent délicat et sent le déjà vu. A 3 jours du scrutin, je suis comme beaucoup de Français : indécis, mais surtout désabusé.
Dimanche dans l’isoloir, il va falloir faire un choix et quel qu’il soit il me laissera un goût amer. Mais j’ai peur que ce soit pire dans 15 jours.

Peau neuve

Retour au point de départ. De nouveau parisien, bossant dans l’informatique.

Entre temps, il s’est passé énormément de choses. Il y aurait beaucoup à raconter. Des choses tristes, des moments heureux, des grands changements, des projets avortés ou des réussites personnelles. Mais je vais laisser ça derrière moi et partir dans un nouveau cycle.

Alors pour bien reprendre ma vie d’antan, j’ai mis le nez dans le « coute » network. Une bonne révision s’imposait : mise à jour du serveur, migration sur une nouvelle machine plus performante, ajout de fonctionnalités, amélioration de la sécurité, …

Après plusieurs jours passés à remettre tout ça au propre, j’ai aussi décidé de faire un léger lifting au blog. Il ressemble à l’ancien, mais en plus moderne.

Et comme toujours, il ne reste plus qu’à poster. Le plus difficile.

Where Boys Fear To Tread

Un petit test qui m’a bien amusé. Trouvé chez kwyxz.

RULES:

  1. Put your iTunes/Foobar/Whatever on shuffle.
  2. For each question, press the next button to get your answer
  3. YOU MUST WRITE THAT SONG NAME DOWN NO MATTER HOW SILLY IT SOUNDS
  4. Tag whoever you want including me
  5. Have Fun!
  • IF SOMEONE SAYS ‘ARE YOU OKAY ?’ YOU SAY …

Forgiven not forgottenThe Corrs

Toi tu m’as fait une crasse.

  • HOW WOULD YOU DESCRIBE YOURSELF ?

FearClint Mansell

En effet, je ne suis pas spécialement téméraire.

  • WHAT DO YOU LOOK FOR IN A GIRL ?

Shot In The DarkRJD2

Mais pas le premier soir.

  • HOW DO YOU FEEL TODAY ?

Sympathy For The DevilGuns N’ Roses

Je suis d’une humeur noire.

  • WHAT IS YOUR LIFE’S PURPOSE ?

Last Living SoulsGorillaz

Il n’en restera qu’un.

  • WHAT’S YOUR MOTTO ?

Don’t Bring Me Down2 Many DJs

C’est louable.

  • WHAT DO YOUR FRIENDS THINK OF YOU ?

The First TasteFiona Apple

Ne pas se fier à la première apparence que je renvoi. C’est un bon conseil.

  • WHAT DO YOUR PARENTS THINK OF YOU ?

To BeAyumi Hamasaki

Je crois que mes parents n’ont jamais souhaité plus.

  • WHAT DO YOU THINK ABOUT VERY OFTEN ?

Taxiphonant d’un pack de KroHubert Felix Thiéfaine

Non je ne suis pas alcoolique, mais une petite bière de temps en temps.

  • WHAT DO YOU THINK ABOUT YOUR FIRST KISS ?

The Pink RoomAngelo Badalamenti

On peut considéré la bouche ainsi et y voir un lien.

  • WHAT DO YOU THINK OF YOUR BEST FRIEND ?

Coffe ShopRed Hot Chili Peppers

Hahahahaha. Y a de ça parfois.

  • WHAT IS YOUR LIFE STORY ?

Les Dingues Et Les PaumésHubert Felix Thiéfaine

Ca résume pas mal la chose.

  • WHAT DO YOU WANT TO BE WHEN YOU GROW UP ?

Rain ForeverGraeme Revell

Je n’ai pas particulièrement rêvé devenir dépressif.

  • WHAT DO YOU THINK WHEN YOU SEE THE PERSON YOU LIKE ?

To Be FreeEmiliana Torrini

A vrai dire, j’y pense tout le temps à ça et souvent avec Nick.

  • WHAT WILL YOU DANCE TO AT YOUR WEDDING ?

Soon ForgetPearl Jam

Ca sent déjà le divorce.

  • WHAT WILL THEY PLAY AT YOUR FUNERAL ?

Nothing is good enoughAimee Mann

Que dire de plus.

  • WHAT IS YOUR HOBBY/INTEREST ?

Dissolved GirlMassive Attack

Je les préfère réelles.

  • WHAT IS YOUR BIGGEST FEAR ?

L’âge d’OrAston Villa

Il n’arrivera jamais, c’est ça la vraie crainte.

  • WHAT IS YOUR BIGGEST SECRET ?

Hidden TrackYoko Kanno

Là, je n’ai pas fait exprès. Ce test a un truc de mystique.

  • WHAT DO YOU WANT RIGHT NOW ?

Thinking Out LoudEmilianna Torrini

Plus que jamais.

  • WHAT DO YOU THINK OF YOUR FRIENDS ?

In The Hands Of The GodsMorcheeba

Les amis c’est sacré.

  • WHAT WILL YOU POST THIS AS ?

Where Boys Fear To TreadThe Smashing Pumpkins

Dans ton cul ?

Prison Break

– Allo ? Monsieur le gardien ? Coute à l’appareil.

– Oui Monsieur Coute ? Que vous arrive-t-il ?

– J’ai un souci chez moi.

– Ha ? C’est grave ?

– Pas vraiment. En fait, hier soir j’avais des invités chez moi. Ils ont dormi sur place. Mais ce matin en partant j’ai fermé à clef derrière moi. Vous serait-il possible d’aller leur ouvrir ?

– Ils sont enfermé à l’intérieur ?

– Exactement.

– En effet, ce n’est pas trop grave (rires). Je vais leur ouvrir.

Onychophagie

N’en déplaise à Saki, il est grand temps que j’arrête d’avoir les doigts qui ressemblent à des petites bites. Ca va être, diffcile, long et je vais devoir faire preuve de beaucoup de volonté. J’en appelle donc à tous ceux qui me connaissent, si vous me voyez avec la main à la bouche, je vous autorise à me frapper très fort. Et tanpis si ça fait mal.

Missiles à hématomes

Cela va faire 5 ans que je suis sur Paris. Et il faut bien l’avouer, depuis tout ce temps j’ai complètement négligé mon corps. Tout d’abord, j’ai arrêté le sport. Grosse erreur, car le premier effet a été une prise de poids rapide. Ensuite le rythme parisien, le stress et la sédentarisation liée à une activité axée vers l’ordinateur ont aggravé la situation. A tout cela, on ajoute un régime alimentaire désastreux et une forte tendance à trop consommer d’alcool en soirée. Le résultat est simple : un corps à l’agonie, un vrai mal-être et un rejet de mon apparence.

J’ai bien essayé d’assumer ces kilos en trop, mais en vain. Je dois avouer que je n’apprécie plus le reflet que me rend le miroir. Je pense que ça n’a pas aider non plus à affronter mes passages à vide au niveau moral.

A cela ne tienne. Deux solutions s’offraient à moi, me complaire dans ma graisse et laisser ce corps à l’abandon, ou reprendre sérieusement les choses en mains et bouger mon gros cul dans le but de mettre fin à cette situation déplorable. J’ai opté pour la deuxième.

Je me suis donc remis au sport. Trois fois par semaine, je souffre pendant une heure et demi à relancer la machine. J’ai mon coach personnel. Merci encore Nicky. Je compte bien d’ici la fin de l’année transformer les kilos en trop en muscles. C’est difficile, il faut faire des sacrifices, dépenser pas mal d’argent, mais le jeu en vaut la chandelle. Déjà parce qu’un esprit sain nécessite un corps sain. Ensuite parce que je me suis rendu compte que cela m’avait manqué. Il n’y a rien de meilleur que la fatigue saine qui suit une bonne séance de sport. Je me sens revivre, je me défoule, je dissipe tout ce stress et du coup ça va mieux dans la tête.

Il ne reste plus qu’à ne pas se décourager, garder la gniak, et bientôt, moi aussi j’aurai des missiles à hématomes à la place des bras. Rocky forever.

Quand y en a marre …

Hier soir je me pose dans mon canapé, je saisi ma zappette, et là ô surprise Freebox TV m’annonce :

« Votre Freebox (v3) ne vous permet plus de bénéficier de l’offre de télévision Free. Contactez l’assistance afin de remplacer votre Freebox par une Freebox HD. »

Bah voyons. Merci d’avoir prévenu.

Après un rapide calcul, si je considère que l’on est encore une bonne tripotée à devoir changer notre Freebox, et vue qu’à priori ils n’ont pas du tout anticipé cette interruption de services (pas de courriers préalable pour prévenir de cette mesure), la rupture de stock va être rapide en Freebox V5. Surtout que les remplacements à l’heure actuelle ne sont pas des plus rapides.

Je peux donc évaluer, sans trop me mouiller, qu’il faudra compter environ 2 mois pour avoir une Freebox v5.

Soit 2 mois à payer Canal+ pour rien et 30 euros à Free pour ne pas bénéficier de l’ensemble de leur offre.

Je vais dès ce week-end commencer à chercher un nouveau FAI.

Sakitude

Jeudi

  • 16 h : mon site ne réponds plus. Bizarre, le serveur aurait-il encore planté ?
  • 18 h : je rentre chez moi et je reboot mon serveur. Pas mieux. Après analyse, je n’ai plus du tout Internet à la maison. ALERTE ROUGE ! Appel de la hotline Free. Conclusion : bloc d’alimentation défectueux. Un technicien passe dans une semaine. Une semaine putain ! Mais je vais jamais tenir !
  • 20 h : je m’emmerde ferme sans Internet quand même. Je n’ai pas Canal+ car pas de Freebox, je vais louper XIII. Tanpis, le lecteur DVD va tourner à plein régime.

Vendredi

  • 19 h : toujours pas d’Internet, j’attaque la saison 2 de Californication.
  • 21 h : je me cale devant la télé. Ca commence à me déprimer, je fini par dépit devant D&CO. La situation est grave.

Samedi

  • 14 h : je ne tiens plus, j’appelle Kwyxz qui me refile l’adresse d’un électricien à 2 pas de chez moi qui a de forte chances de revendre un bloc d’alim type Freebox.
  • 14 h 30 : 11,95 euros plus tard, je rentre chez moi plein d’espoir. Rien à faire la Freebox me boude.
  • 15 h 30 : j’ai beau tout essayer, ça ne veux vraiment pas fonctionner, excepté la téléphonie Free. Je harcèle la hotline en quête de solution. Mon cas est désespéré. Pas le choix, il va falloir attendre jeudi. Heureusement je ne paie pas les appels vers la hotline.
  • 16 h : ne tenant plus je me pointe chez Kwyxz, je me prends ma dose d’Internet. Ca va mieux.
  • 18 h : je prends ma branlée à Soulcalibur 3. Raphael est cheated.
  • 20 h : on sort se faire la combo magique Pasta Papa + Truskel.

Samedi

  • 01 h : Après quelques litres de cidres, on rentre chez Kwyxz. Nouvelle dose d’Internet et nouvelle rouste à Soulcalibur 3. Je suis détendu, je vais faire un bon gros dodo.
  • 03 h : j’arrive devant ma porte, clef dans la serrure, je commence à tourner et là, impossible de faire un tour entier. Je force, tambourine, m’acharne. Rien à faire, ma serrure semble aussi têtue que ma Freebox. A croire que quelqu’un m’en veux. Assis dans le couloir, à la porte de mon propre appartement je hurle. Evanouie ma sérénité. J’appelle Kwyxz qui n’est pas encore endormi. Il accepte de m’offrir l’hospitalité. Des amis comme ça, c’est précieux.

Dimanche

  • 12 h : J’ai mal dormi. Si j’étais pas si fatigué je me serais fait une joie de couper les jambes de cet enfoiré de gosse qui court au dessus de ma tête en hurlant.
  • 13 h : je vais retenter ma chance avec ma porte. Rien à faire, après 45 min à tenter de faire jouer ce mécanisme pervers, je n’ai gagné qu’une bonne douleur à la main.
  • 13 h 30 : je suis en terrasse, je prends un café. Faire le vide. Relativiser. RAAAAAAHHH !
  • 14 h : « Allo, Boss, va falloir annuler mon déplacement à PTE, je peux pas prendre le train je suis à la porte de chez moi. Je fais venir un serrurier demain matin. »
  • 15 h : changement des billets de trains.
  • 15 h 30 : les nerfs lachent. Application de la méthode de relaxation dite du hurlement primaire.
  • 16 h : Virgin des Champs-Elysée, achats compulsifs, 64 euros. Efficace mais onéreux.
  • 17 h : « Allo Kwyxz, je peux encore squatter ? ». Merci encore Monsieur.
  • 20 h : Pizza + Little Miss Sunshine, excellent remède. Je ne pensais pas avoir le cœur à un fou rire. Ce film est efficace. Presque autant que Totoro.

Lundi

  • 9h : je récupère mon double de clef chez la gardienne.
  • 10 h : je dois me faire une raison, ça vient bien de la serrure. J’appelle un serrurier.
  • 11 h : je peux enfin rentrer chez moi, mais je dois changer ma serrure.
  • 12 h : je viens de me faire amputer de 350 euros. C’était prévisible, mais ça fait toujours aussi mal.

Mardi

  • 08 h : je suis dans le train pour PTE. Faire le vide, s’éloigner de tout ça, se réfugier dans le travail.

Mercredi

  • 21 h : je rentre de PTE. Ma porte s’ouvre, c’est pas anodin quand on y repense.
  • 21 h 30 : je branche ma Freebox, on sait jamais, avec de la chance.
  • 21 h 32 : ho putain ! ho putain ! CA MARCHE !
  • 22 h : NPPT – bruler de l’encens sur l’autel du Dieu Nain Ternet.

Conclusion

La Sakitude c’est un art de vivre.

Il faut juste rentrer la tête et attendre que ça passe. Ha oui, et aussi ne pas regarder le trou dans le compte en banque.

Saki je sais pas comment tu fais. Respect.

Evolution

Il était temps que je passe à un vrai système de blog. Mon choix s’est orienté vers WordPress.
Il reste encore pas mal de boulot. Je vais essayer de refaire les thèmes de l’ancien blog. C’est pas gagné.
J’ai aussi tout les posts datant de l’époque Blogger à réimporter. Il faut encore que j’ajuste des petits détails. Bref, de quoi m’occuper pendant mes week-end déjà bien chargés.